Libérer les connaissances

Carton jaune pour Gitea

Categories:
  • Git
  • Serveur Web
  • Trash
Tags:

Un serveur Git trop complexe pour 80% des gens.
Gitea est un serveur Git communautaire et à défaut, je l’ai utilisé pour pouvoir avoir une interface graphique pour mon serveur Git privé. Mais j’ai constaté que le jeu n’en valait pas la chandelle.

Protocole:

J’ai installé Gitea pour pourvoir créer des dépôts Git sans prise de tête avec des lignes de commande. Cependant, après installation et utilisation, il exige beaucoup trop de ressources pour ça simple petite personne. En effet, il utilise du processeur en PERMANENCE. Même s’il ne s’agit pas de beaucoup, cela reste constant. De visu global, j’avais constaté (avec top) 2% d’utilisation constante. Mais pour en avoir le cœur net: J’en ai fait une petite relève de donnée pour voir ce qu’il en était réellement ou si c’était mon imagination.
J’ai fait ce micro-script (one-line) pour relever toutes les consommations du process Gitea:

while true; do 
if [ `pgrep "gitea"` ]
then
top -b -n 1 -p `pgrep "gitea"` | awk '{ printf("%-8s;%-8s;%-8s;%-8s;%-8s;%-8s\n", $5, $6, $7, $9, $10, $11); }' | tail -n 1 | tee -a gitea.csv; 
fi
done;
Données:

Après traitement des données et mise en forme graphique, voilà ce que j’obtiens:
Graphique de l'utilisation du processeur et de la mémoire zoomé
Ce graphique représente la consommation d’un démarrage complet de gitea, une simple connexion à sa page perso et fermeture du process.(ci-joint les données du graphique)

En faisant une analyse des chiffres on voit bien qu’il y a en permanence des micros pic entre 6% et 13% très régulièrement, alors que personne ne fait appel à lui.
Les pics qui dépassent 20% sont les ouvertures de pages et donc des appels système légitime. MAIS POURQUOI une boucle tourne en fond pour faire un appel système sur une application qui ne nécessite pas de travail or utilisation active. De plus, il consomme tout de même près de 120Mib à lui tout seul, ce qui n’est clairement pas négligeable dans un auto-hébergement avec en générales 1 ou 2 Go de RAM.
Et pour couronner le tout, comme il n’a pas de package Debian tout fait, la configuration de celui-ci a été fastidieuse, car il nécessite un reverse proxy pour fonctionner sur le port 443.

Questionnement post-utilisation:

Par conséquent, on est partis pour une désinstallation de ce programme et une utilisation CLI des dépôts Git. Mais je me suis posé une simple question sur l’existence d’un tel projet (d’autant qu’il n’est pas seul et qu’il y a bien d’autres congénères dans le genre).
Mais alors, pourquoi les gens gueule sur Github?
J’entends bien que Github à un monopole du réseau social pour développeur, mais en soi je ne trouve pas que les solutions comme Gitea, Gitlab ou Gogs puisse le remplacer. Ce qui fait qu’il soit aussi populaire se trouve dans le fait qu’il ne nécessite pas grand-chose pour trouver son bonheur sur Github, car nombre de développeur s’y sont probablement déjà penché avant toi, sur les problématiques que tu as.
Tant qu’il n’y a aucun logiciel reposant sur des systèmes de communication décentralisé comme ActivityPub, Github reste la meilleure plateforme pour les logiciels open source.
Certes ils ont réussi à centraliser un protocole qui de base devrait être décentralisé. Mais le principe du logiciel libre est avant tout le partage et il est compliqué de partager tout seul dans son coin avec ça propre instance Git sans communication entre elles.

Conclusion:

Pour gérer ces projets privés par Git: Pas besoin de logiciel tiers, il suffit d’un compte SSH. Et pour gérer ces projets public/Open Source, vaut mieux rester sur Github, tant qu’il n’y a pas d’alternative.


Licence Creative Commons
Carton jaune pour Gitea de Clément Cachinho est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à https://blog.noknow.ovh/article/Gitea-Carton-jaune.